On a testé pour vous : l’Omija de Romain Bonnet

On a testé pour vous : l’Omija de Romain Bonnet

Ouvert depuis septembre 2019, Omija est le premier restaurant du chef Romain Bonnet. Nantais d’origine et formé auprès de grands chefs comme Pierre Gagnaire, Romain Bonnet propose des menus le midi comme le soir élaborés avec grand soin et jonglant entre produits locaux et herbes méconnues. Zoom sur cette adresse de l’hyper centre.

Un écrin contemporain et chaleureux

Caché dans un angle de la rue Fouré face à un minuscule square, à deux pas de la tour Lu, le restaurant du chef Romain Bonnet est un savant mélange entre tradition et modernité qui allie avec subtilité des matériaux naturels, des teintes très en vogue comme ce bleu canard s’affichant aux murs. Pour compléter l’ensemble et ajouter une touche de modernité, des éléments floraux blancs au design contemporain sont disposés aléatoirement sur les murs. La décoration donne déjà le ton des mets qui vont être servis jouant la carte de l’équilibre entre haute gastronomie française, mise en valeur des produits du terroir et techniques venues d’ailleurs. Le service est attentif sans être guindé, présent mais discret et les conseils de vin judicieux avec des flacons souvent inattendus comme ce Cerdon du domaine Reynarde Fache, un rosé aux bulles fines développant des arômes de fruits rouges. Pour ne rien gâcher, la salle donne sur la cuisine abritée derrière une verrière et offre au regard des passionnés le travail du chef et de son équipe en direct.

Des cuissons maîtrisées pour des ingrédients soigneusement sélectionnés

Côté cuisine, le canard est d’une cuisson parfaite, cuit en cocotte, à l’étouffée, entier pour préserver toutes ses saveurs et accompagné d’une carotte travaillée en 3 façons. La Saint-Jacques quant à elle est d’une rare justesse, juste snackée et particulièrement tendre assortie d’un céleri en crème et en mille-feuilles. Comment ne pas évoquer le cèpe ? Ce plat d’exception est servi avec un bouillon goûteux, des myrtilles créant un accord audacieux et une brioche fumée dont la mise en scène sous cloche enchantera les plus fins gourmets grâce à ses surprenantes notes boisées. La touche finale toute en douceur revisite le baba ghannouch, célèbre entrée libanaise, avec une crème de yaourt aussi onctueuse que légère et des mûres dont l’acidité vient relever l’ensemble. De quoi espérer l’étoile et suivre les pas de Laurent Saudeau, l’un de ses premiers chefs.

Omija, 54 rue Fouré, 44000 Nantes

Menus à partir de 20 euros le midi et 51 euros le soir

Accord mets-vins à partir de 30 euros

Ouvert midi et soir du lundi au vendredi