Le cyclisme, le ciment de Cyanide

Le cyclisme, le ciment de Cyanide

À un mois de la sortie des jeux vidéo Tour de France et Pro Cycling Manager 2022, Cyanide, société qui les développe, a organisé une journée portes ouvertes pour y découvrir ses nouveaux opus dans ses locaux, à Nanterre.

Comme chaque année au mois de mai, Cyanide présente ses nouveaux bébés : Pro Cycling Manager et Tour de France, des jeux de gestion d’une équipe de cyclisme parmi toutes celles professionnelles.

Fondé en 2000 par des anciens employés d’Ubisoft fans de cyclisme, Cyanide sort le premier opus de la série en 2001 avec Cycling Manager, "même si on ne manageait rien du tout", rigole Tuan, un des fondateurs de Cyanide. "On avait arrêté le nom Cycling Manager mais à deux mois de la sortie du jeu on s’est rendu compte qu’on y arriverait jamais, donc on a mis quelques notions de budget pour justifier le nom."

20 ans plus tard pour autant d’opus sortis, le temps des balbutiements de Cyanide et de sa série phare semble loin désormais. Une longévité qui s’explique en partie par l’absence de concurrents sur le marché mais aussi par la connaissance accrue des développeurs sur le cyclisme.

Antoine Dalibard, ancien coureur professionnel et aujourd’hui développeur sur le jeu Tour de France, se souvient de son premier contact avec le jeu de cyclisme, en tant que coureur professionnel, en 2001. "J’ai été très déçu, on m’avait vendu le réalisme du jeu mais au final…", se marre-t-il. À cette époque, il était le seul coureur professionnel à jouer au jeu vidéo entre les courses pour une raison simple : "Dans ces années-là, personne n’avait d’ordinateur portable, ce n’était pas aussi courant qu’aujourd’hui". De plus, les coureurs de son époque n’étaient pas des férus de jeux vidéo.

 

Des cyclistes porte-drapeau de la franchise

Les années passant et les générations de cyclistes se succédant, PCM s’est fait une place auprès des nouveaux coureurs. C’est notamment le cas de David Gaudu (25 ans), pensionnaire de la Groupama-FDJ. "Mon premier opus c’est 2006, parfois j’ai lâché la licence avant de revenir dessus", rembobine David. "J’ai beaucoup joué sur l’édition 2019 avec le confinement". Gaudu n’a pas attendu Pro Cycling Manager pour tomber dans les bras de la Petite Reine : "J’ai commencé le vélo à 6 ans, en 2002. J’ai été baigné dans les jeux vidéo, pas par mes parents mais j’ai toujours voulu avoir des consoles et des jeux. Mes parents m’ont fait la surprise en m’achetant mon premier PCM."

Aujourd’hui, David Gaudu s’amuse toujours à PCM, mais stream également le jeu sur Twitch et en est l’un des ambassadeurs officieux les plus influents. Une aubaine pour Cyanide, conscient que les créateurs de contenus sont devenus une donnée importante pour la visibilité du produit. Johann, chargé des relations avec les streamers en témoigne : "On en est en contact avec eux, ils nous font un retour sur le jeu tout au long de l’année". Lorsque les jeux sortent pour le grand public, les streamers les présentent à leur communauté avec à leurs côtés Johann qui prête main-forte et donne des clés aux spectateurs parfois non initiés au cyclisme. Le but étant d’attirer un maximum de personnes et de leur offrir une porte d’entrée sur le cyclisme.

Un jeu au masculin

Selon Johann, une grosse partie des testeurs du jeu ont entre 18 et 30 ans aujourd’hui mais son regret ne semble pas être sur l’âge de l’audience, mais sur la répartition des genres. "En deux ou trois ans de test ouverts au grand public, je n’ai vu qu’une seule joueuse de PCM".

Un déficit que Cyanide aimerait combler. Évidemment, l’idée d’intégrer le cyclisme féminin à PCM a été évoquée mais c’est un réel pari : "FIFA l’a fait il y a quelques années mais ils savaient qu’il y avait une grosse audience avec énormément de joueuses de football, notamment en Amérique du Nord", relate Johann. "Nous, on ne sait pas s’il y a une large audience à aller chercher".

Si le renouvellement de l’audience peut passer par le jeu vidéo, lequel peut créer une porte d’entrée sur le vélo, la féminisation du public pourrait aider le cyclisme à élargir son champ d’action dans les prochaines années. En attendant une hypothétique arrivée du peloton féminin dans les consoles et ordinateurs des joueurs, Cyanide continue de mener sa barque et d’offrir aux fans – ou non initiés – une expérience d’immersion dans le monde du vélo. N’en déplaise au premier Cycling Manager de 2001.