Ligue 2 : qui sont les principaux prétendants à la montée en Ligue 1 ?

Après vingt-sept journées de championnat, la deuxième division française offre une bataille acharnée pour l’accès à l’élite. La dernière ligne droite est lancée, plus le droit à l’erreur. Les deux premières places offrent directement la montée. Pour la troisième place, il faudra passer par des playoffs puis par un barrage contre le 18ème de ligue 1. Zoom sur l’actuel top 5.

Ligue 2 : qui sont les principaux prétendants à la montée en Ligue 1 ?

Toulouse, leader dans tous les domaines.

Le Toulouse Football Club pourrait retrouver la première division française deux ans après l’avoir quittée. La meilleure attaque de Ligue 2 avec 60 buts poursuit son rythme de champion. Les hommes de l’ancien entraîneur rennais Philippe Montanier peuvent compter sur un effectif étoffé avec sept recrues en début de saison. Vincent Davasse(@DavasseVData sur Twitter), data analyst pour le recrutement de joueurs et suiveur du TFC, confirme la très bonne saison des violets qui restent sur 5 victoires en 5 matchs  : « La dynamique est très bonne, l’équipe encaisse très peu de buts et en marque beaucoup ». Le co-meilleur buteur du championnat, Rhys Healey (13 buts en 22 matchs), est l’un des principaux responsables de cette réussite offensive malgré une période plus compliquée. « Il traverse une période moins faste avec un but en 6 matches depuis son fabuleux quadruplé contre Sochaux le 20 novembre 2021 » se rappelle Vincent, « le manque de réussite le rend nerveux mais nul doute qu’un but sera le bienvenu pour l’avant-centre anglais ». Avec 57 points en 27 matchs, les Toulousains ont trois points d’avance sur leur dauphin, le Paris FC, et devancent le troisième de six points. Épargné par les blessures, et emmené par un Van Den Boomen (photo) en pleine forme avec ses 9 buts et 17 passes décisives en championnat, le TFC fait preuve de « régularité » selon Vincent Davasse. « Par rapport à la saison dernière (échec en barrage face au FC Nantes pour l’accession à la Ligue 1), l’équipe a gagné en maturité. Les autres clubs ont plus de mal à être réguliers même si le Paris FC fait un gros retour et l’ACA tente de suivre la cadence. Je vois le TFC terminer dans les deux premiers, je ne vois pas vraiment de réelle faiblesse au sein du club. » 

Si Toulouse prend l’ultime virage en tête du peloton, avec une différence de but conséquente (+39 alors que le second, à savoir le Paris FC, est à +17, un avantage non négligeable), il ne faudra pas se rater dans la dernière ligne droite et éviter des barrages qui pourraient rappeler de très mauvais souvenirs. 

Le Paris FC, second club de la capitale dans l’élite ?

Solide dauphin du Toulouse Football Club, le Paris FC reste sur 15 matchs sans défaite en championnat depuis octobre 2021. Une série incroyable qui confirme les ambitions du club entraîné par Thierry Laurey. L’ancien entraîneur strasbourgeois pourrait connaître une troisième montée en Ligue 1, cinq ans après l’avoir connue avec les Alsaciens et sept ans après l’exploit du côté du Gazélec Ajaccio. Malgré une première partie de saison mitigée, le PFC est l’une des équipes les plus en forme sur les dix derniers matchs de ligue 2, avec 20 buts inscrits et seulement 8 encaissés pour 22 points pris. Difficiles à bousculer, les parisiens ont remporté trois des cinq derniers matchs en championnat face à des concurrents direct à la montée. Lucas, créateur du compte Passion Paris FC (@PassionParisFC sur Twitter), souligne la grosse série en cours des Parisiens, « On est régulier, et on gagne contre les équipes de notre championnat avec des victoires contre Sochaux, Ajaccio et Auxerre ». Le Paris FC a aussi connu un évènement compliqué en Coupe de France lors de la confrontation face à Lyon, où le match a été arrêté alors qu’ils menaient au score. Les deux équipes avaient été éliminées pour des débordements de supporters, privant le club d’un possible parcours dans cette coupe. Lucas, qui supporte le club depuis huit ans, nous parle des hommes forts  : « Vincent Demarconnay, c’est le gardien taille patron et la fidélité, il est au club depuis 10 ans. Morgan Guilavogui(photo) est à 11 buts et 4 passes décisives après une saison dernière compliquée avec des blessures. On a aussi Moustapha Name, patron du milieu de terrain qui a été sélectionné avec le Sénégal pendant la CAN ». Techniquement au niveau, le Paris FC est aussi efficace. Elle a la troisième meilleure attaque du championnat avec 40 buts. Mais une qualité permet aux joueurs de performer et de se placer comme dauphin du TFC cette saison d’après Louis. « Notre gros point fort, c’est la solidarité, on mouille le maillot, on reste impliqué pendant 90 minutes. Le groupe a vraiment une très bonne mentalité ». Déçu des affluences à domicile, il espère davantage de supporters dans la dernière ligne droite. L’objectif étant bien évidemment d’obtenir directement sa montée en Ligue 1 avec cette deuxième place, et éviter le difficile parcours des play-off. « On jouera à minima les play-off je pense, après le titre en Ligue 2 est symbolique, Toulouse est au dessus, c’est pas le réel objectif ». Si mentalement il ne faudra pas craquer, et maintenir cette régularité exceptionnelle depuis plusieurs mois, Lucas a un petit regret : « Je trouve ça surprenant qu’on ne parle pas de la possible montée du Paris FC dans les médias, c’est dommage ». 

Avec un calendrier plutôt favorable où le seul match face à un club du top 5 concernera le match face à Toulouse le premier week-end d’avril. Cette lumière médiatique pourrait vite arriver…

L’AC Ajaccio, le possible retour des Corses en Ligue 1

Pour compléter le podium, la Corse pourrait bien retrouver des couleurs. Depuis le passage éphémère du Gazélec Ajaccio (2015-2016) et la descente aux enfers du SC Bastia en 2017, l’île de Beauté peine à retrouver le sourire de la première division. L’AC Ajaccio, qui n’a plus connu la Ligue 1 depuis 2014 s’est hissé dans le bon wagon. À trois points du Paris FC, dauphin, et avec trois points d’avance sur l’AJ Auxerre, quatrième, Ajaccio se met à rêver. Loïc Durand (@LoicDrd sur Twitter), journaliste indépendant et supporter de l’ACA depuis vingt ans, souligne les points forts de son équipe. « On est efficace devant et on est solide derrière. On va aborder le sprint final sereinement ». L’efficacité, c’est la grande force de l’AC Ajaccio cette saison. Une équipe qui avait pourtant l’objectif en juillet dernier de « jouer le maintien », poursuit le président du groupe de supporters du club sur le continent I Sanguinari. Avec seulement 25 buts inscrits, l’AC Ajaccio est la quinzième attaque du championnat, « on a gagné la plupart de nos matchs par un but d’écart, souvent des 1-0 ». Mais la meilleure défense de ligue 2 avec 14 buts encaissés en 27 matchs a ses atouts. « Un groupe soudé, porté par le fameux « stintu », l’état d’esprit corse liant hargne et volonté d’aller jusqu’au bout sans jamais rien lâcher » nous raconte confiant Loïc Durand. Après une période creuse, les Corses d’Olivier Pantaloni, arrivé à la tête de l’effectif il y a huit ans, restent sur deux victoires consécutives dont une contre un concurrent direct à la montée (Sochaux). Pour notre supporter inconditionné, il faut continuer de regarder vers le haut : « On a fait le plus dur, ce sera compliqué d’aller chercher la première place de Toulouse mais la deuxième place, j’y crois. On est tellement passé de peu à côté de la montée en Ligue 1 à plusieurs reprises, que ce serait une récompense tellement méritée pour les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants et pour les supporters. ». 

Si la troisième place n’est pas qualificative pour un accès direct à l’élite, et nécessiterait le passage par des play-off, les Corses compteront sur Jean-Philippe Krasso (photo) buteur lors du dernier match (1-0 à Niort) et prêté par l’AS Saint-Etienne. Un point sépare L’AC Ajaccio et le Paris FC. Alors pourquoi pas finir la saison en beauté ?

L’AJ Auxerre, dix ans après…

2012 n’était peut-être pas la fin du monde, mais bien la fin d’une série de 32 saisons en Ligue 1 pour les Auxerrois. Depuis, le club s’est installé en seconde division. Alex (AlexAJ_A), supporter de l’AJA et observateur des jeunes équipes du club, se souvient d’une saison dernière décevante, « J’étais déçu, nous aurions dû être dans le Top 5 la saison passée ». Actuellement, les bleus et blancs restent sur trois victoires depuis la rencontre perdue contre le Paris FC. L’effectif est forgé pour le haut du classement : « Sur le plan qualitatif intrinsèque des joueurs et la profondeur de l’effectif, Auxerre fait partie du duo/trio de tête sans aucun doute ». Mais les choix de Jean-Marc Furlan depuis trois ans font douter les supporters. « Sa gestion de l’effectif et ses choix parfois incohérents avec très peu de changements posent question, alors que le banc est très fourni et très qualitatif. Ce qui ne permet pas d’aller grappiller des points dans les dernières minutes, par rapport à ses concurrents (Sochaux par exemple). » continue Alex, qui réalisent des analyses data sur la Ligue 2 sur son compte twitter. L’équipe auxerroise est aussi celle qui encaisse le plus de buts dans le Top 5 avec ses 28 buts encaissés. Offensivement, l’autre co-meilleur buteur du championnat, Gaëtan Charbonnier (photo) se distingue à la pointe de l’attaque : « C’est l’un des leaders de l’équipe avec Autret, même s’ils sont en difficulté depuis plusieurs matchs. Gauthier Hein et Rémy Dugimont reviennent en forme pour ce sprint final ».

Le 4-1-4-1 mis en place par le coach permet un jeu plaisant, avec un pressing haut qui peut parfois jouer des tours pour les adversaires lors des pertes de balle. Plus récemment, le 4-4-2 a fait son retour, avec l’intégration d’Aly Ndom « pour équilibrer l’équipe et développer un jeu moins risqué que lorsque l’équipe se positionne avec 2 créateurs» justifie Alex. Le jeu développé s’est ensuite grippé avec ce changement de système, moins attractif mais qui a tendance à gagner en fluidité. Furlan continue sur ses principes en misant sur la stabilité de l’équipe. Est-ce suffisant pour conserver la cadence et participer à minima aux play-off ? Alex se montre confiant sur ce point : « Pour moi, il n’y a aucun doute sur les équipes qui composeront le Top 5 en fin de saison, l’écart est creusé. Je ne vois ni Le Havre, ni Niort être en capacités de venir nous titiller ». 

Sous pavillon chinois depuis octobre 2016, le renouveau auxerrois est dans l’attente d’une véritable concrétisation. Et ce sprint final pourrait laisser des bleus. Il faudra donc montrer patte blanche pour gagner sa place en Ligue 1. 

FC Sochaux-Montbéliard : Les Lionceaux prêts à rugir.

Pour terminer, rendez-vous à Bonal. Alors qu’ils étaient invaincus depuis le 20 novembre et la déroute face à Toulouse (4-1), Sochaux a connu un mois de février a été plus compliqué avec deux défaites, un nul et une victoire. Le FCSM restait sur deux revers face à deux concurrents directs, à Ajaccio et contre le Paris FC. Pour Élie (@GambergeSoch sur Twitter), supporter du club depuis 2009, les jaune et bleu « se sont effondrés soit tactiquement en déjouant face à des corses bien en place, soit mentalement face au Paris FC suite à deux blessures consécutives et des remplaçants qui n’ont pas été à la hauteur ». Le club a renoué avec la victoire face à Guingamp samedi dernier, conservant la cinquième place occupée par les Sochaliens et qui permet de jouer les play-off en fin de saison :  « Pour la montée directe, pour moi c’est mort. Le PFC et le TFC ont une autoroute pour l’accession. Mais pour les play-off, la place est quasi assurée », estime Elie. L’écart de six points avec Le Havre, sixième, permet de ne pas tirer la sonnette d’alarme. Du moins, pour le moment. « Ça passera par le mental et par un turnover plus conséquent. L’entraîneur Daf Omar ne fait à mon sens pas assez confiance aux jeunes du centre de formation ». Le onze concocté par le Sénégalais change peu, les joueurs et les titulaires enchaînent les matchs, un véritable problème pour ce supporter de 22 ans. « Pogba et Thioune par exemple se crament match après match. Pogba est complètement perdu depuis la blessure de Aaneba, arrivé discrètement de Strasbourg et révélation de la saison ». 

Le double champion de France, mené par un Tony Mauricio (photo) en forme en 2022 et auteur de deux buts lors des trois derniers matchs, doit se montrer plus efficace défensivement. Mais si la charnière centrale n’est pas rassurante, Sochaux doit aussi être plus tueur devant les cages. « c’est notre gros problème vis-à-vis des autres équipes, on se procure énormément d’occasions mais on marque peu alors qu’on a fait jeu égal contre Ajaccio et Auxerre, des concurrents à la montée ». Faire tourner l’effectif, soigner les débuts de matchs, et gagner les confrontations avec les équipes du Top 5, ce sont les ingrédients à trouver pour conserver cette avance sur les poursuivants. Pour cela, Daf Omar a mis en place un système en 4-2-4 contre Ajaccio, qui n’a pas fait ses preuves (défaite 1 à 0) sur le moment, mais qui pourrait bien être une solution pour la fin de saison. « Le dispositif peut être intéressant, il faut le travailler, mais contre Ajaccio, on a vu ses limites avec des joueurs statiques. On manque sûrement de profondeur de banc, si on compare avec Toulouse et Paris. On a tenté de recruter un attaquant pendant un mois au dernier mercato, au final, nos espoirs reposent sur Kitala, qui peine à revenir de sa grosse blessure d’il y a un an et demi », termine Élie. 

Cette saison 2021/2022 marque la 8e saison consécutive en Ligue 2 des Sochaliens qui espèrent retrouver les beaux jours rapidement. Pour continuer d’y croire, les « Lionceaux » devront sortir les griffes pour s’accrocher au Top 5. 

Parmi ces cinq clubs, quatre d’entre eux pourraient marquer leur retour en première division. Longtemps habitué aux grandes affiches, Toulouse, Auxerre et Sochaux ne souhaitent pas s’éterniser plus longtemps à l’échelon inférieur. Ajaccio pourrait bien représenter l’espoir d’un retour des corses dans la cour des grands. Le Paris FC, qui des années 80 à 2015 a longtemps côtoyé les divisions inférieures au monde professionnel, se met à rêver d’un changement de dimension. Alors oui, cette fin de saison en Ligue 2 s’annonce alléchante. Et même s’il reste onze journées de championnat, les play-off verront ensuite s’affronter le cinquième contre le quatrième, puis le gagnant de ce match jouera contre le troisième. Le vainqueur devra ensuite disputer deux matches pour les barrages contre le 18ème de Ligue 1. Vous l’aurez compris, le chemin est encore long…